"le terme « service public » ne figure à aucun endroit du document"

mardi 16 septembre 2014.
 

16 septembre 2014 - Conseil d’Administration de l’Université de Nantes

Intervention d’Hervé Lelourec en temps qu’élu, responsable Snesup-FSU

« Il y a eu la LRU, le passage aux RCE.

A chaque fois, on nous a demandé ici d’avoir confiance, tout irait bien, tout irait mieux !

Nous avons, vous avez constaté le résultat : autonomie en trompe-l’œil, budgets réduits sans cesse au-delà du supportable avec toutes les conséquences désastreuses pour les missions de l’Université publique, pour ses étudiants, pour ses personnels.

Aujourd’hui, avec ce débat sur un sujet déjà verrouillé, déjà bouclé ailleurs, vous nous demandez d’avoir à nouveau confiance et de nous engager en faveur d’un regroupement nommé UBL.

Sur le fond, pour nous limiter à un seul aspect majeur de ce regroupement et aussi des autres regroupements forcés partout en France, nous disons qu’il signe la mort des universités publiques.

En mélangeant des établissements privés, des établissements catholiques, des universités publiques, vous obtenez un regroupement Université Bretagne Loire qui ne peut être qu’un établissement marchand et certainement pas une université publique. D’ailleurs notre collègue Taklit Sami m’a demandé de faire remarquer que le terme « service public » ne figure à aucun endroit du document.

En fabriquant une Université qui contient des Universités, vous savez bien qu’à terme vous faites disparaître l’Université de Nantes en tant qu’université autonome et que les décisions ne se prendront plus ici.

En nous regroupant avec des établissement - certains étant membres fondateurs - qui prennent 1850 euros de frais d’inscription ou plus, vous fabriquez un établissement hybride qui va tirer automatiquement les frais d’inscription vers le haut.

Sans aller plus loin dans le détail des dangers de cette UBL, sans faire plus que mentionner le danger de la régionalisation, rien que pour les raisons évoquées précédemment, nous voulons dire que ce projet est désastreux pour l’enseignement supérieur et la recherche publique, que votre responsabilité est grande lorsque vous nous engagez activement sur cette voie ou lorsque vous laissez faire sans réagir. »



Forum