Lettre du bureau du SNESUP au président de l’Université de Nantes

lundi 26 mai 2014.
 

Snesup Fsu Université de Nantes

à

Monsieur le président de l’Université de Nantes,

Mesdames, Messieurs les membres du Conseil d’administration

Monsieur le Président,

Mesdames, Messieurs

Pour sa séance du 28 mars dernier, le CA de l’Université a examiné au point 6 : l’« approbation de principe d’achat de locaux rue Bias et de vente d’une parcelle de terrain sise 80 boulevard Michelet à Nantes ».

La proposition a été adoptée et nous souhaitons revenir sur un certain nombre de questions posées par ce vote.

Précisons tout d’abord que nous n’entendons pas, ici, remettre en cause les attributions de l’Université en matière de gestion immobilière, mais nous considérons que ceci, à tout le moins, devrait se faire en s’appuyant sur une vision à long terme de son développement.

Nous sommes soucieux que le CA de l’Université et les composantes délibèrent en connaissance de tous les éléments du dossier lequel, en l’état nous paraît très incomplet.

Plusieurs questions concernent le principe de l’achat rue Bias

-  L’achat de locaux doit être précédé d’une évaluation du service des Domaines : pourquoi cette évaluation n’a-t-elle pas été présentée en CA ?

-  Cet achat (277 m2, 675.000 euros FAI, hors frais de notaire), doit être complété par de coûteux aménagements intérieurs (isolation, cloisonnement, faux plafond, électricité, plancher, ventilation, installation sanitaire) : pourquoi une estimation du montant des travaux n’a-t-elle pas été présentée au CA ?

Plusieurs questions se posent concernant la vente boulevard Michelet

Rappelons d’abord que ce terrain, anciennement occupé par une station service, a été acquis par l’Université sur ses fonds propres et inclus dans le campus Lombarderie pour y être affecté à l’usage de parkings (ce qui est le cas).

-  Une mise en vente doit être précédée d’une décision de désaffectation prise en CA. Pourquoi ne pas commencer par le début de la procédure ?

-  Une telle vente doit être précédée d’une évaluation du service des domaines et d’un avis de l’Etat ? Pourquoi aucun document n’a-t-il été présenté ?

-  Une telle vente doit se faire après publicité et mise en concurrence. Or le CA a délibéré sur un prix de vente de 1,6 millions d’euros sans autre précision. Pourquoi ?

-  A-t-il été vérifié que la décision de construire des parkings sur cette parcelle n’est pas liée à la construction du bâtiment de l’ex IUP ?

-  De forme triangulaire, la parcelle une fois vendue constituera une entaille profonde dans le domaine universitaire. Est-ce vraiment sans inconvénient ?

Nous demandons donc que l’ensemble des éléments soient communiqués et qu’il soit répondu aux questions qui se posent, afin que toutes délibérations ultérieures sur ce dossier aient lieu en toute connaissance de cause.

Une autre question concerne le siège même de la présidence.

Nous savons bien que les locaux actuels sont exigus et ne peuvent accueillir l’ensemble des services de la présidence, et qu’une partie de ces locaux mériterait une reconstruction. Dans les projets d’aménagement des sites universitaires, la question de l’emplacement de la présidence fut plusieurs fois évoquée, et notamment de son rapprochement du campus Tertre Lombarderie qui concentre le plus grand nombre d’usagers.

La question se pose de l’opportunité de maintenir la présidence dans son emplacement actuel :

-  La disposition de la parcelle de près de 2000 m2, le long du boulevard Michelet permet de s’interroger sur l’opportunité d’y transférer la présidence de l’Université, en construisant des locaux fonctionnels aux normes écologiques actuelles ;

-  La présence des locaux de la présidence quai de Tourville, lui donne-t-elle une lisibilité aussi évidente qu’il est dit ? Cette lisibilité ne serait-elle pas bien supérieure le long d’une ligne de tram qui transporte chaque jour plusieurs milliers de personnes ?

-  La vente des locaux actuels ne serait-elle pas une bonne opportunité financière ?

-  A défaut, une construction sur place ne serait-elle pas plus judicieuse qu’une acquisition coûteuse rue Bias, et insuffisante pour répondre aux besoins ?

-  A défaut, n’y a-t-il aucun besoin futur du côté de la Faculté des sciences, qui justifierait de conserver cette parcelle ? Pourquoi le directeur de composante n’a-t-il pas été informé du projet de vente et le conseil de gestion saisi ?

La transparence revendiquée par l’équipe présidentielle, demanderait que ces questions soient posées et débattues, et que l’avis des composantes soit recueilli. C’est l’occasion d’un vrai débat sur l’implantation de la présidence.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers d’Administration, l’expression de nos sentiments distingués,

Pour le Bureau du Snesup FSU Université de Nantes, H. Lelourec



Forum