Université Bretagne Loire : la démocratie remise à sa place

vendredi 21 février 2014.
 

A l’initiative de l’association CPU [1], un cavalier a été introduit à l’occasion de l’examen du du Projet de Loi relatif à l’Avenir de l’Agriculture. Cet amendement adopté dans la nuit du vendredi 10 au samedi 11 janvier 2014 vise à supprimer les élections directes désignant les membres des CA et des Conseils académiques des CUE [2].

Le 13 février, nous avons envoyé une lettre ouverte au président de l’université de Nantes afin qu’il s’engage à ce que les élections des membres du CA de notre CUE se déroulent au scrutin direct.

Dans le document distribué le 17 février 2014 aux membres du Conseil d’Administration de l’Université de Nantes, il apparaît (page 24), que l’élection des membres du CA sera réalisée au suffrage indirect. A Nantes, cette décision a été prise sans consultation des conseils de l’université.

Faut-il rappeler l’évidence ?

La volonté affichée de ne pas voir élus de possibles contradicteurs est une erreur de gouvernance. En effet, les voix divergentes permettent de remarquer des approximations, de recadrer des dérives, de faire de nouvelles propositions, etc. La contradiction représente donc à la fois un enrichissement et une veille salutaires.

La rapidité avec laquelle les présidents et directeurs de nos universités et écoles ont tourné le dos à cette bonne gouvernance démocratique n’augure rien de bon quant à la gestion future.

[1] CPU : Conférence des Présidents d’Université

[2] CUE ou COMUE : Communauté d’Universités et d’Etablissements


Répondre à cet article

Forum